AU SOMMAIRE : La Gratuité

 

« Rien n’est jamais sans conséquence.                      En conséquence rien n’est jamais gratuit » Confucius

EDITO

La gratuité : un modèle économique qui modifie les comportements

Il est bon de se souvenir que le produit ou le service gratuit n’est pas débarrassé de son coût mais uniquement de sa tarification. Toute prestation gratuite a un prix mais sa gratuité peut néanmoins en modifier notre perception. Il est ainsi démontré que les publics se représentent la gratuité dans une logique essentiellement personnelle et individualiste, comme une absence de prix, et non dans une logique à but collectif afin de faire bénéficier, au plus grand nombre, un bien ou un service. La gratuité est appréciée sous un angle prioritairement matérialiste comme étant une opportunité agréable, parfois une bonne affaire, voire pour certains un affligeant gâchis… Deux représentations dominent la gratuité : pour certains la gratuité est perçue comme un don notable et attractif, pour d’autres c’est un dû légitime et mérité.

Les services qui nous apparaissent gratuits sont financés par les taxes et impôts payés par la collectivité : l’enseignement, les services publics de santé, les transports urbains dans certaines localités, l’usage de la voirie publique, l’intervention des pompiers et des secours. Malheureusement le principe de gratuité est fragile. Il est remis en question chaque fois qu’il est sollicité de façon abusive. La même question se pose alors : est-ce à la collectivité de supporter les conséquences de comportements irresponsables de quelques individus ? Si les secours en mer restent encore gratuits, déjà la loi montagne du 9 janvier 1985 a prévu la possibilité pour les communes des zones montagneuses d’exiger des personnes secourues le remboursement des frais engagés à l’occasion d’accidents liés à leurs pratiques sportives. La loi du 22 juillet 1987 a rendu également possible la poursuite des incendiaires de forêts, même par imprudence.

La gratuité exerce une influence sur les comportements individuels sinon :

  • les agents de bus et tramways de Nantes auraient-ils subi toutes ces agressions et incivilités, qui ont justifié leur grève de juin 2017, si les transports publiques nantais étaient gratuits et sans contrôles des billets ?
  • les familles qui, contre l’avis des médecins, obligent qu’une réanimation intensive soit poursuivie pour l’un des leurs, le feraient-il avec autant d’acharnement si ces soins étaient entièrement à leur charge ?

Se figurer que la gratuité est un don désintéressé est une naïveté, une erreur ou un malentendu. Sous la pression continue et généralisée de la libéralisation et de la privatisation des services, l’intérêt général est de moins en moins le déterminant prioritaire de leur gratuité. Il s’agit de plus en plus souvent de choix politiques qui « investissent » soit dans des secteurs de première nécessité mais peu ou non lucratifs, soit vers des cibles spécifiques qui donne du sens et de « la rentabilité » à la gratuité. Il en est ainsi pour la gratuité dans les musées, les bibliothèques et les monuments nationaux afin d’encourager l’accès aux biens culturels; idem concernant la gratuité des transports urbains dont les objectifs sont de dynamiser les centres-ville, favoriser la mobilité des habitants, réduire l’isolement des personnes âgées, diminuer la pollution et lutter contre la violence et les dégradations liées ou aggravées par les contrôles, comme cela a pu être démontré.

Même dans des circonstances économiques difficiles, la gratuité demeure un modèle économique réaliste, intelligent et efficace afin de modeler les comportements, de changer les habitudes, d’orienter les choix et de construire les décisions d‘une collectivité toute entière. Dans une authentique démocratie et en dehors des services régaliens de l’Etat, c’est logiquement aux citoyens de décider ce qui doit être gratuit, donc pris en charge par la collectivité, de ce qui ne doit pas l’être.

Le collectif CitLab a souhaité travailler sur ce concept de gratuité et de réfléchir quels pourraient être les services pris en charge totalement ou partiellement pour les habitants de la Métropole d’Orléans.

Jean Paul Briand

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Peut-on faire l’économie de la gratuité ?

E-mag N°9 juillet 2018

CITLAB

Share This