AU SOMMAIRE : Le Migrant

« Je n’ai pas une seule goutte de sang français, mais la France coule dans mes veines. »

Romain Gary

EDITO

La migration est universelle et indissociable du passé comme du présent de la France. Une amnésie collective nous fait oublier que ce sont des millions d’immigrants qui ont fait notre pays. Le récit national qui voudrait que les gaulois soient nos seuls ancêtres est historiquement faux. L’histoire de la nation française est constituée de migrations et son identité le fruit d’une mosaïque de cultures, de peuples et de langues. Notre réalité est plurielle et les migrations nous ont construits. Elles sont le fondement même de notre société. La mondialisation des économies, l’évolution des transports et des communications, intensifient notre métissage culturel. Le phénomène migratoire est devenu global et irrémédiable.

Les trajectoires migratoires sont diverses. Elles peuvent être individuelles ou collectives, réversibles ou définitives, subies ou choisies. Elles ont des origines et des causes diverses plus ou moins intriquées : géopolitiques pour fuir les conflits armés, économiques afin de se construire un avenir meilleur, religieuses et se protéger des persécutions, climatiques pour échapper aux catastrophes naturelles, ou familiales autorisant une réunification protectrice et rassurante. Quoiqu’il en soit le migrant ne se résume pas à un individu qui passe une ou plusieurs frontières. Si le migrant n’est pas constamment une victime ou un clandestin, c’est néanmoins un être qui effectue un parcours qui va affecter définitivement sa vie et celle de ses proches, son existence et son identité personnelle. C’est une personne qui se confronte à de nouvelles pratiques sociales, qui abandonne son lieu de naissance, qui rompt avec ses liens sociaux et familiaux, qui renonce à une partie de sa culture et de ses racines. Un individu qui pourra vivre l’isolement, la précarité et l’exploitation mais aussi connaître générosité et solidarité. Un être subissant parfois l’humiliation, l’exclusion  et le racisme mais aussi rencontrer la bienveillance, la fraternité et le partage.

Le Migrant : un alter ego en devenir ? E-mag N°8

CITLAB

  • Qu’est-ce qu’un migrant ? Un demandeur d’asile, un déplacé, un expatrié, un étranger, un déraciné, un réfugié, un immigré, un exilé, un apatride ? Il est évident qu’un migrant peut appartenir à plusieurs de ces catégories.
  • Que faut-il pour qu’il perde son étiquette de migrant ? Qu’il s’assimile, qu’il s’intègre, qu’il s’adapte. Qu’il se fonde dans sa communauté originelle reconstituée ?
  • Sera-t-il un de ces individus privilégiés qui cumulent les avantages liés à deux langues, deux patries, deux cultures, ou celui qui ne sera jamais un authentique concitoyen et pour toujours l’étranger, générant peurs et fantasmes, définitivement rejeté et marginalisé, aussi bien dans son pays d’origine que celui d’adoption ?

L’instabilité géopolitique du monde entraîne une augmentation inéluctable des flux migratoires. En rapport avec les attentats djihadistes récents et dans un contexte économique fragile, une partie de la population française, craignant pour l’équilibre de la société, est tentée par le repli sur elle-même et souhaite se protéger du migrant par des lois restrictives…

Il a semblé important au collectif citoyen CitLab de lui consacrer un eMag que l’on a titré : « Migrant : un alter ego en devenir ? »

Jean Paul Briand

Léontine

Olivia Pichon

Les étrangers dans la cité

Patrick Bouchain

Logement & migrants

Suzanne Le Tiran

Amilcar

Olivia Pinon

Share This