Logement et migrant

Trouver un équilibre

Le logement permet à la famille de trouver son équilibre et aux enfants d’avoir un parcours scolaire normal.

Aujourd’hui en France,146 000 personnes sont sans domicile fixe et 1 145 000 personnes sans domicile personnel. 940 000 foyers, soit 2,8 millions d’individus sont en logements insalubres, sans eau, électricité et chauffage. Ces anomalies ne facilitent pas l’accès à un hébergement convenable et pérenne des migrants. C’est un obstacle à l’intégration ainsi qu’à l’accès à une formation. Les migrants font souvent l’objet, de la part de loueurs indélicats, de discriminations, financières et racistes. En France, les immigrés ont un niveau de vie inférieur de 30%, et un taux de pauvreté de 40% supérieur au reste de la population. Leur niveau de diplômes ne leur permet pas d’accéder aux mêmes emplois que la moyenne des actifs, s’y ajoute le rejet de certains employeurs à diplômes équivalents.

Quelques définitions :

  • Etrangers  : un étranger est une personne qui réside en France mais qui ne possède pas la nationalité française. Ne sont recensés que les étrangers ayant une résidence permanente en France, ceux qui y travaillent et ceux qui y étudient. Sont exclus les saisonniers et les frontaliers. (selon l’INSEE).
  • Immigrés : un immigré est une personne née à l’étranger, dont la nationalité est étrangère et qui vit en France. Parmi les immigrés sont donc comptabilisés les étrangers, dont la nationalité est étrangère et qui vivent en France et les personnes ayant acquis la nationalité française au cours de leur vie. (selon l’INSEE).
  • Migrants : est migrant toute personne qui est de façon temporaire ou permanente dans un pays dans lequel il n’est pas né et qui a acquis des liens sociaux avec ce pays. (UNESCO).

Historique :

A partir de 1950, tout en conservant l’hébergement privé dans des familles ou des meublés, les formes institutionnelles d’hébergement de migrants sont de plus en plus présentes : foyers, cités de transit. La création des foyers SONACOTRA (aujourd’hui ADOMA) date de 1956. A situation illégale logement illégal, à situation précaire logement précaire. Avec l’augmentation des arrivées, la situation de logement des immigrés devient difficilement tenable. Les pouvoirs publics, finançant tout ou partie, laissent à des initiatives privées l’action sociale destinée aux immigrés.

Quelques chiffres :

En 2014, l’INSEE a recensé un peu moins de 6 millions d’immigrés, soit 8,9% de la population française. A ce nombre, s’ajoutent les immigrés en situation irrégulière, évalués entre 300 000 et 500 000. Au total 10% de la population est d’origine d’immigration récente.
En 2017, 262 000 personnes ont été accueillies en France et sont détentrices de titres de séjours et le nombre des demandeurs d’asile a franchi la barre des 100 000.Dans le Loiret les immigrés représentent 8,6% de la population. Orléans compte 114 977 habitants 13 209 étrangers dont 3 050 ont moins de 15 ans (recensement de 2014).

Les structures locales d’accueil :

A Orléans, le Relais sert 40 000 repas par an. Il offre également la possibilité de prendre des douches. La Croix Rouge effectue des maraudes pour apporter nourriture et vêtements chauds aux sans-abris.
Avant d’avoir accès à un logement social, le migrant est accueilli par différentes structures, telles que ADOMA, Coallia, Cimade, Asti, qui l’accompagnent dans ses démarches administratives, et éventuellement lui dispensent des cours de français.
Par le 115, l’hébergement d’urgence pour une ou quelques nuits peut être possible.
La Cimade et Welcom (associations confessionnelles) mettent en relation des migrants avec des familles pour un hébergement plus long.
Coallia (anciennement AFTAM, fondée en 1962 par S Hessel), et la Halte proposent des hébergements de longues durées. Coallia implantées à Saint Jean le Blanc (île de Corse)  accueille pour un hébergement à durée indéterminée, des travailleurs isolés d’origine étrangère, vivant seuls, en situation régulière et exerçant une activité professionnelle. L‘association intervient dans 4 grands pôles : habitat social adapté, hébergement social, accompagnement social, et aide médico-sociale.
La Halte accueille des hommes adultes en situation d’exclusion, y compris les étrangers en situation régulière, sans domicile fixe et connaissant de graves difficultés d’ordre économique et social. Capacité : 22 personnes.
ADOMA (ancienne SONACOTRA) propose dans trois sites  (St Jean Le Blanc, St Jean de Braye, Ingré) des appartements ou des maisons.

Et demain ?

Les Centres d’accueil des demandeurs d’asile (CADA) offrent un lieu d’accueil et un suivi administratif durant la période d’étude de leur dossier de demande de statut de réfugié. La Région Centre ne fait pas partie des régions les plus dotées en foyers de travailleurs migrants. Ils sont essentiellement implantés en Ile de France, en région lyonnais ou en PACA. La Région  Centre Val de Loire comprend une vingtaine de foyers qui représentent une capacité d’accueil d’environ 2000 places. Les bâtiments de ces foyers ont vieilli, ne sont plus aux normes d’habitat et de confort actuelles. Leurs devenirs sont en question. Ils sont pratiquement tous complets pour les migrants en situation régulière. Pour les autres, à part le 115 peu de solutions…

Suzanne Le Tiran

Share This