Léontine

Nos yeux portent la couleur de nos ancêtres.

Les miens sont couleur « automne » comme les feuilles tombées de mon arbre généalogique maternel.
Les yeux de ma mère , de ma grand-mère et surtout de cette figure légendaire Léontine : « Diseuse de bonne aventure dans les foires  » .


Les yeux de ma mère , de ma grand-mère et surtout de cette figure légendaire Léontine : « Diseuse de bonne aventure dans les foires  » .
Elle était née sous le nom de Paquet dans un bled au fin fond du Perche , jusque là pas de quoi en faire toute une histoire !
Elle partit un beau matin avec les gens du cirque d’à côté pour une bouchée de pain ou pour les yeux noirs de Marcellin .

Là non plus , pas de quoi en faire tout un fromage .
Bref, ce manouche s’appelait Petit ce qui fit de Léontine ,une fois mariée, un Petit Paquet abandonné dans la nature avec les gens du voyage , les déracinés .
Elle vécut cette fantaisie bohémienne assez longtemps pour avoir quatre filles et quatre garçons. Ça fait du monde à coucher au fond de la roulotte mais Léontine savait tout faire, avec un fort caractère d’après la légende, et Marcellin forçait un peu beaucoup sur le vin ce qui ne faisait pas bon ménage dans la petite maison à roulettes !

Que s’est il donc passé pour qu’un beau jour, elle claqua la porte à tout jamais avec ses filles sous le bras sans même prendre le temps de regarder ses fils une dernière fois ?
C’était écrit ou prémédité dans ta boule de cristal Léontine ? Ou pur instinct de survie à un éventuel dénouement fatal ?
L’histoire ne le dira jamais, elle emporta dans son dernier voyage au bout de sa vie la mémoire de ses fils comme la souffrance de quatre membres arrachés .
Et puis elles sont arrivées enfin à Orléans, allez savoir comment ?

Au terminus de leur histoire à coucher dehors puis sont devenues sédentaires, couturières pour rafistoler cette vie décousue et garder leur secret « motus et bouche cousue » sur leur passé de gitanes.
Toutes sauf ma grand-mère Suzanne, la petite dernière, celle qui me chantait des vieilles chansons et me faisait de la bouillie au chocolat mais ça c’est une autre histoire.
En clair, je tiens les yeux sombres de cette guerrière de Léontine, une sorcière vraiment pas comme les autres. héroïque ou délétère , à vous d’en juger mais son secret se lit dans mon

Share This