Le pari de la gratuité des déplacements   

    par Jean Paul Briand

Dans les villes, la politique des mobilités des citoyens peut être définie comme l’organisation des rapports sociaux concernant les changements de lieux. C’est à dire l‘ensemble des moyens mis en oeuvre qui concourent aux déplacements des personnes. Afin de définir cette politique des déplacements, sur un territoire donné, trois grands enjeux devraient être prioritairement pris en considération :

    • l’enjeu social et humain
    • l’enjeu économique et financier
    • l’enjeu écologique et environnemental

C’est à la suite de l’analyse de ces trois composants, qu’un Plan de Déplacements Urbains (PDU) peut être bâti en respectant la réglementation.

Les objectifs réglementaires du Code des transports

Le PDU doit obéir aux 11 objectifs réglementaires du Code des transports (art. L1214-2) :

  • Le renforcement de la cohésion sociale et l’amélioration de l’accessibilité aux réseaux de transports.
  • L’amélioration du transport des personnels des entreprises et administrations.
  • L’amélioration de la sécurité des déplacements (partage de la voirie entre les différents modes).
  • L’organisation d’une tarification et d’une billettique intégrées.
  • L’organisation des transports de marchandises et des livraisons.
  • L’amélioration de l’efficacité de l’usage de la voirie.
  • L’organisation du stationnement.
  • La diminution du trafic automobile.
  • L’équilibre entre mobilité et protection de l’environnement.
  • Le développement des transports collectifs et des moyens de déplacement les moins consommateurs d’énergie et les moins polluants, notamment la bicyclette et la marche à pied.
  • La réalisation/configuration d’infrastructures de charge des véhicules électriques/hybrides.

Reconnaître l’existence de l’immobilité

Une politique des mobilités ne sera pertinente que si elle sait reconnaître l’existence de l’immobilité partielle ou totale pour certaines personnes que ce soit en rapport avec des handicaps physiques, la vieillesse, des freins économiques ou psycho-sociaux. D’autres éléments rarement étudiés influent sur les transports. Pour exemple : si une politique des logements obligent les habitants à revenus modestes à s’excentrer de plus en plus, si les grandes zones marchandes sont peri-urbaines, ces phénomènes vont jouer directement sur les déplacements.

Faire le pari politique de la gratuité des transports

Au delà des aspects utilitaristes et fonctionnels collectifs, un projet de PDU devrait se focaliser davantage sur les dimensions sociales, humaines et individuelles. A minima il devrait intégrer des aides personnalisées à la mobilité. Idéalement, il pourrait faire le pari politique de la gratuité des transports rendant ainsi possible une authentique mixité sociale qui n’est jamais simple à concrétiser malgré tous les discours incantatoires.

La gratuité des transports serait un puissant levier du mieux vivre-ensemble, de lutte contre l’exclusion, pour une meilleure qualité de vie et un élément d’attractivité exemplaire pour notre métropole.

JPB

     

Les enjeux du PDU d’Orléans Métropole

Dans la plupart des PDU les aspects économiques et environnementaux sont toujours privilégiés alors que les enjeux sociaux et humains sont quasiment constamment négligés. Le PDU d’Orléans Métropole, en cours de construction, en est un exemple parfait. Voici les 20 objectifs publiés dans le  PDU d’Orléans-Métropole :

  1. Articuler urbanisme et mobilité en cherchant à densifier et favoriser le développement dans la ville des proximités, autour des équipements et services de transport existants.
  2. Favoriser les déplacements de proximité en privilégiant un urbanisme mêlant les fonctions (habitats, services, commerces, activités) et en limitant l’étalement urbain.
  3. Systématiser une meilleure prise en compte des piétons dans la requalification des espaces publics de la « ville des proximités » et dans l’apaisement des vitesses dans les quartiers.
  4. Aménager des itinéraires cyclables qualitatifs, continus et lisibles, résorber les principaux points durs d’insécurité.
  5. Pérenniser et faire évoluer les services vélos pour répondre aux besoins des usagers et aux évolutions des mobilités.
  6. Poursuivre la mise en accessibilité du réseau de transport, l’optimisation du service TPMR et l’accompagnement des publics fragiles.
  7. Améliorer l’attractivité et l’efficience du réseau de transport collectif urbain en jouant sur sa structure, ses performances (temps de parcours), son accessibilité et sa compétitivité vis-à-vis de l’automobile.
  8. Prendre en compte les futures lignes TER dans l’organisation des réseaux et valoriser les haltes et gares existantes.
  9. Améliorer la complémentarité entre les différents réseaux de transports et autres services de mobilité en termes de visibilité, d’intermodalité, d’intégration billettique et tarifaire.
  10. Communiquer, sensibiliser autour de l’offre de mobilité et accompagner au report modal.
  11. Hiérarchiser, aménager et optimiser le réseau viaire pour satisfaire les besoins d’accessibilité du territoire et accompagner les projets de développement.
  12. Améliorer la cohabitation entre les modes à travers la modération des vitesses et un meilleur partage de la voirie.
  13. Valoriser les nouveaux usages de l’automobile.
  14. Faire évoluer la politique de stationnement au service d’une politique de mobilité.
  15. Harmoniser les réglementations liées à la livraison et travailler sur une amélioration de la gestion du dernier kilomètre.
  16. Modérer les vitesses en ville, pour diminuer la gravité des accidents, et sensibiliser sur une meilleure cohabitation entre les usagers.
  17. Traiter les points noirs accidentogène et améliorer la sécurité des deux-roues motorisés.
  18. Réduire les nuisances sonores liées aux déplacements et limiter l’exposition de la population aux bruits routiers.
  19. Développer les modes de déplacements moins polluants et économes en énergie fossile.
  20. Répondre aux objectifs environnementaux nationaux et locaux en termes de baisse des consommations énergétique, baisse des émissions de GES, et développement des véhicules à faibles émissions.

Parmi les  20 enjeux identifiés dans le PDU de notre métropole, force est de constater qu’un seul, le 6ème, est de nature sociale en appelant à l’amélioration de l’accessibilité du réseau de transport pour les personnes handicapées…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour au sommaire de l'E-mag N°9 sur la gratuité

Share This