Le Cri de Patrick Chamoiseau      par Evelyne Richard           

« Frères migrants » de Patrick Chamoiseau aux éditions du Seuil : Un livre qui dénonce notre inhumanité et nous rappelle à notre devoir d’Humanité. Ce récit qui n’est pas seulement un roman mais un morceau de poésie, une véritable déclaration… d’Amour. Comme une petite lumière (la luciole ?) qui luit dans les ténèbres, Chamoiseau nous entraîne dans une vraie lecture, celle qui nous oblige à nous re-penser/re-panser, à nous retourner et à nous retrouver.

Ne plus dire : je ne savais pas

Rentrer dans ce texte, c’est prendre la dimension de toute notre conflit intérieur : comment continuer à vivre, à laisser faire et ne pas agir ? Il s’agit bien là de ne plus dire : je ne savais pas… face à « la situation faite aux migrants de toutes les rives du Monde », ces étranges étrangers… Invisibles à nos yeux et à nos cœurs.

Rentrer dans ce texte, c’est rentrer en résistance contre soi-même et contre notre propre lâcheté à faire semblant d’ignorer, de ne pas savoir, de ne pas comprendre, ne pas être concernés, de ne pas être impliqués, de ne pas s’impliquer… « Vous en savez assez. Moi aussi, Ce ne sont pas les informations qui nous font défaut. Ce qui nous manque, c’est le courage de comprendre ce que nous savons et d’en tirer les conséquences » Joseph Conrad (Aux cœurs des ténèbres – 1899 – Une autre histoire de colons…barbares).

Rentrer dans ce texte, c’est aller à la rencontre d’un autre imaginaire : Est-ce qu’un autre monde est possible ? Merci M. Chamoiseau de me l’avoir déclaré et écrit ! Comme une quête initiatique, une reconstruction, un accomplissement, Le romancier Chamoiseau nous propose d’aller vers l’autre, au de-là des frontières, des murs, des mers, des terres, des obstacles, des barrières, des barbelés, des protections, des portes closes, des cultures, des religions, des différences, des peurs…

Un autre Monde est possible

Le bandeau rouge qui entoure le livre, comme une protection mais aussi une annonce, indique « contre la barbarie »… l’impensable ! C’est un cri déchirant et dérangeant qui nous ramène à notre responsabilité et nous tacle sur notre manque de courage. Un cri qui exprime une douleur : « Ni orpheline, ni sans effets, aucune douleur n’a de frontières ! ». C’est la douleur de vivre à côté de la pleine conscience de notre humanité.

Ce bandeau rouge, c’est un cri qui fait mal, tant il est difficile à entendre et tant il est difficile à réprimer. Et le cri  sort du récit pour aller jusqu’à l’humanité qui est en train manquer à son devoir, jusqu’à ce lieu où rien n’est accompli ! L’humanité a perdu l’essentiel de ce qui la qualifie : la reconnaissance de sa sœur et son frère. L’Humanité a perdu le sens de son existence. L’Humanité a perdu son propre centre : l’accueil d’elle-même en son sein !

Un bandeau rouge, sans voix mais relié au monde par ce cri, nous ouvre la voie pour être au monde, et nous constitue : Humains nous sommes, humains nous devons rester ! Le poète Chamoiseau nous place dans le creuset de l’impensable : à l’image des migrants et migrantes, et c’est l’Humanité qui est déchue, déshabillée, détenue et retenue !

A lire de toute urgence, car un autre Monde est possible…

Evelyne Richard

Retour au sommaire de l'E-mag N°8 sur le migrant

Share This