Ecrire un article

Cher contributeurs-rédacteurs de notre eMag C.O.M.

Au nom du collectif CitLab, son comité rédactionnel vous adresse un grand merci pour votre collaboration au rayonnement de notre magazine édité sur le web.

Pour vos prochains textes, nous vous proposons quelques suggestions construites à partir des éléments enseignés dans les écoles de journalisme. En effet, il est hélas démontré que pour donner envie au lecteur de lire un article jusqu’au bout, sans qu’il ne « décroche », certains éléments sont nécessaires. C’est pourquoi nous souhaitons, mais n’imposons pas, que vos écrits ne dépassent pas 100 lignes en arial 12 (avec des marges de 2 cm en A4) soit un maximum d’environ 1300 mots.

Les conventions résumées ci-après sont reconnues comme les principes de base de l’écriture journalistique avec, bien évidemment, des éléments positifs et d’autres qui le sont moins :

Le rédactionnel

La structure d’un article, point très important, donne des repères au lecteur.

Elle se compose de plusieurs parties :

Le titre : Il doit être court, clair et aller à l’essentiel, être efficace et informatif. Il doit donner l’idée centrale de l’article. On peut utiliser des mots-clés qui vont attirer l’attention du lecteur ou le faire réagir.

Le chapeau ou « chapô »: c’est un texte court qui sert d’introduction (4-5 lignes maximum) placé juste après le titre. Le chapeau « coiffe » un article. Il incite à la lecture et donne l’essentiel de l’information. On peut aussi y mettre une ou deux accroches.

L’accroche : Une ou deux phrases en tête d’article, destinée(s) à retenir, « accrocher » l’attention du lecteur : on peut y donner des chiffres, des exemples, attisant la curiosité du lecteur. L’accroche peut aussi être une description d’un lieu, d’une situation, d’une personne.

Le développement : C’est le cœur de l’article. Il peut être découpé en plusieurs sous-parties, elles-mêmes séparées par des intertitres (mise en valeur d’une idée, relance du sujet) qui vont renchérir l’intérêt du lecteur.

Une chute : citation, réflexion, avis personnel, note d’humour ou ouverture sur une question vont conclure l’article.

Les illustrations (photos, schémas, tableaux…) : Elles enrichissent ou précisent l’article mais doivent toujours s’accompagner de légendes.

 

L’Utilisation des mots-clés : Tant dans le titre que dans le contenu de l’article, l’utilisation de mots-clés rythme le texte, aide à capter l’attention du lecteur et à transmettre l’information.

Clarté et lisibilité dans la rédaction

Des phrases construites à l’aide d’un vocabulaire précis, concret et même parfois imagé, apportent un style simple et clair. L’utilisation de la forme active et des temps simples renforcent la clarté et la compréhension du texte.

Il est recommandé de ne donner qu’une information par paragraphe afin d’éviter au lecteur de se perdre.

 Ces recommandations n’empêchent pas d’apporter un style vivant et personnel et une dose d’originalité à ses écrits, en utilisant des citations, des touches d’humour,  des extraits d’interviews…

Construire son papier en respectant un plan clair, simple et ordonné permet au lecteur de rester connecter à l’article rédigé. Le plan de l’article peut être chronologique ou explicatif (causes et conséquences).

Le choix d’un angle

C’est une « porte d’entrée » pour aborder un thème ou l’aspect du sujet que l’on a envie de mettre en valeur (intérêt, originalité, nouveauté, ou « ciblant » parfaitement son lectorat). Il faut garder à l’esprit que l’on écrit toujours avec un objectif et pour un lecteur spécifique.

La règle des cinq questions

La règle d’or de tout article  journalistique : Qui? Quoi ? Quand ? Où? Pourquoi? Certains y ajoutent : Comment ?

Les Anglais l’appellent la règle des cinq “W”: Who,  What, When , Where et Why ?

On retrouve ces questions dans la pyramide inversée .

Cette pyramide indique comment organiser la rédaction d’un article :

En haut de la pyramide, les informations essentielles sont données dès le début de l’article, dans le titre et le chapeau, afin de capter et de renseigner le lecteur.
Le 1er paragraphe de  « l’attaque » ou développement,  doit répondre aux 4 questions : Qui?  Quoi? Quand? Où?
Les réponses aux questions : comment ? Pourquoi?, viennent ensuite.
Puis explications, précisions éventuelles, détails : Qui? Quoi? Quand Où Comment? Pourquoi? dans le corps de l’article.
Enfin la conclusion avec la « chute ».

La forme

Des titres en caractères gras : Un titre en caractères gras se démarque généralement du corps du texte. Un bon titre est généralement écrit au présent, sans article et sans le verbe être dans certains cas. Pour un texte sur papier, il est bon de faire une mise en page à double interligne.

Le nombre de caractères : La qualité prime sur la quantité. Mieux vaut un contenu de qualité de 500 mots, des phrases agréables, bien construites et ponctuées correctement. Si un sujet nécessite un développement important, il y a souvent intérêt à écrire plusieurs articles successifs quitte à les éditer en feuilletons.

Rejoignez la liste de tous nos rédacteurs

 

Cliquer ici pour connaître leurs biographies

Pour en savoir plus : ICI 

JNDJ, A la rencontre du Monde Professionnel ; mars 2016

 Stéphane Torregrosa, Communication-Marketing, | Sep 10, 2014 | 

prweb.com   Prnewswire.com

Inc.com/guides/2010/how-to-write-a-press-release.html/1

Le guide de la rédaction de communiqués de presse de l’AFP

http://www.clemi.org/

http://www.ormarlecheri.net/pedage/index.html

http://www.graines-de-reporters.com/page

Rejoignez la liste de nos rédacteurs

Share This