À propos de la démocratie citoyenne

Commentaire sur la réunion de CiTlab par Maurice Foucher

La réunion de lundi 6 novembre 2017 a permis d’exprimer de nombreuses idées et à tous ceux qui le voulaient de le faire. En ce qui me concerne j’ai participé à l’atelier 3 dont le thème était : « Faut il exclure au sein d’un Conseil de Citoyen les élus, directeurs d’associations ou fonctions représentatives des corps intermédiaires? » de manière tout à fait intéressante.
Spontanément je dirais que la démocratie participative n’est pas ma tasse de thé. Les échanges ont bien montré qu’il y avait de nombreuses difficultés à réunir les participants suffisamment longtemps pour que l’expérience soit utile.
Je comprends bien que des citoyens souhaitent participer à l’élaboration de décisions qui les concernent. Il me semble cependant que cela reste une utopie si c’est pratiqué à longueur de temps pour tous les sujets qui occupent un conseil d’agglomération, une région, un pays. La mobilisation des citoyens doit avoir pour objet l’étude d’un projet important entrainant des conséquences non négligeables pour la population. C’est à mon sens le meilleur moyen de faire participer des citoyens à l’élaboration d’une décision. Cela permet en outre de prendre le temps nécessaire à l’information préalable des participants pour qu’ils n’apportent pas seulement leur ingénuité et leur bonne volonté.

J’ai entendu parler d’un travail intéressant réalisé à Rennes autour de la mise en place du tramway. Ce sont ces conseils qui me semblent les plus importants à mettre en œuvre et ils doivent l’être en amont pour qu’aucune décision ne soit intervenue qui engage l’avenir sans pouvoir véritablement revenir dessus.
J’ai écouté d’une oreille attentive l’expérience grenobloise des conseils indépendants. Laisser au groupe le soin de se fixer les thèmes de réflexion est intéressant mais beaucoup plus difficile à faire fonctionner car il n’est pas simple de fédérer un groupe sans objectif préalablement indiqué et permettant de créer rapidement une attente sur un sujet commun . L’animation me semble indispensable mais quelle est la légitimité de l’animateur désigné.
Dans les deux cas il me semble important de signaler que cela ne peut valablement marcher que dans le cas d’une volonté de la collectivité concernée de voir fonctionner ce type de groupe. Dans le cas contraire la déception des membres peut être très forte.

Démarche démocratie permanente

Intervention
de Charles Fournier

La démocratie citoyenne

Commentaires
par Maurice Foucher

Share This