Mettre en route le revenu universel

par Stéphane Girard

19 présidents de conseils départementaux demandent de pouvoir l’expérimenter

Une tribune publiée récemment dans le Journal du Dimanche par dix-neuf présidents de conseils départementaux a remis en lumière le revenu de base comme un des outils pour faire face à la crise économique et sociale liée au Covid 19. Il s’agit aussi de préparer le monde d’après dont tout le monde parle mais dont les contours restent à définir.

Il est important de revenir sur la genèse de cette initiative pour en comprendre la dynamique.

Dès septembre 2016, le conseil général de la Gironde a lancé des travaux exploratoires sur le revenu de base. Fin 2017, onze autres départements avaient rejoint cette démarche. En juin 2018, dix-huit départements étaient parties prenantes.

Tous faisaient le constat que neuf millions de nos concitoyens sont sous le seuil de pauvreté et cela ne pouvait plus durer. Pour faire face à cette situation et aux mutations de la société et du travail, il n’y a pas de résignation à avoir ni de fatalisme. L’imagination doit être au pouvoir et les expérimentations doivent fleurir. Le revenu de base en est une. Il pourrait permettre d’inventer de nouvelles protections. Ce serait un revenu de solidarité, de développement et d’autonomie.

Plusieurs principes ont été retenus pour les modélisations et lexpérimentation :

  • Automatisation du dispositif
  • Ouverture aux jeunes de moins de 25 ans
  • Inconditionnalité
  • Dégressivité en fonction des revenus d’activité

Ce revenu de base simplifié remplacerait le RSA et la prime d’activité, et dans une seconde option plus ambitieuse il pourrait aussi englober les aides au logement.

Une proposition de loi demandant cette expérimentation a été rejetée par la majorité parlementaire actuelle. Un combat a été perdu, mais la volonté des dix-neuf présidents de département demeure intacte. Il sagit de renouveler lambition du RMI, ancêtre du RSA, de garantir à tous un revenu socle.

Cela permettrait de mieux lutter contre la précarité et la pauvreté en :

  • évitant le non-recours. Beaucoup disent que les aides sociales coûtent cher, alors qu’en réalité nous réalisons des économies sur le dos de pauvres.
  • remédiant aux incohérences du système.

Rien n’empêche de voir plus loin. Le revenu de base peut-être en effet une première marche vers quelque chose de plus ambitieux comme un revenu universel donc pour tout le monde à partir d’un certain d’âge voire même dès la naissance.

SG

SUITE DU DOSSIER

La renaissance du revenu universel

La renaissance du revenu universel

La question du revenu universel avait fait irruption dans le débat public à l’occasion des primaires de la gauche en 2017. Les Français étaient majoritairement hostiles à l’idée. Trois ans plus tard, le coronavirus peut-il inverser la tendance ?

lire plus
Une nouvelle relation au travail

Une nouvelle relation au travail

Quelle place a pris, prend et prendra le travail dans nos vies ?
Le travail était anormal pour les classes supérieures, et réservé aux esclaves. L’excellence autrefois était de ne pas travailler. C’est la société moderne qui a institué le travail comme un droit et comme un moyen pour se libérer.

lire plus
Share This